Nous avons remarqué que vous utilisez un navigateur non reconnu. Il se peut que les pages de Tripadvisor ne s'affichent pas correctement.Notre site est optimisé pour les navigateurs suivants:
Windows: Internet Explorer, Mozilla Firefox, Google Chrome. Mac: Safari.
Réservez une table

Notes et avis

Nº 82 sur 394 Française à Bruxelles
Nº 233 sur 2 388 Restaurants à Bruxelles
Travellers' Choice
NOTES
Cuisine
Service
Rapport qualité-prix

Détails

FOURCHETTE DE PRIX
25 $US - 90 $US
CUISINES
Française, Belge, Moderne, Internationale
Repas
Déjeuner, Dîner, Boissons
Voir tous les détails
fonctionnalités, infos pratiques

Le point de vue du Guide MICHELIN

L’élégance est omniprésente chez Brugmann. L’intérieur est orné de belles œuvres d’art moderne, la terrasse à l’arrière est superbe. Le chef s’y connaî...
Lire plus sur Guide MICHELIN
Filtrer les avis
258 résultats
Note attribuée
124
61
42
21
10
Type de voyageur
Période de l'année
Languefrançais
Plus de langues
Note attribuée
124
61
42
21
10
Découvrez ce qu'en pensent les voyageurs :
Filtres sélectionnés
Affinerfrançais
Mise à jour de la liste...
Avis publié : aujourd'hui

Dans un restaurant qui se prétend d'un tel niveau, il n'est pas normal d'imposer la prise d'un seul menu par table - raison invoquée: facilité en cuisine et au niveau du service. Carte intéressante et diversifiée à la lecture, mais énorme déception dans l'assiette. Belle...présentation, mais sans aucune saveur et d'une grande banalité ! Totalement déçu. A noter aussi les prix totalement prohibitifs par rapport aux mets proposés. Cependant, mention spéciale pour le personnel souriant et attentif et le cadre très élégant. Much ado about nothing !!!Plus

Date de la visite : mai 2022
Utile ?
Avis publié : il y a 2 semaines

Une cuisine raffinée et recherchée. Endroit magnifique Personnel très professionnel et très accueillant. Rapport qualité-prix très bien. Bravo au chef

Date de la visite : mai 2022
Utile ?
Avis publié : il y a 2 semaines par mobile

Excellent repas . Le cadre est magnifique, c’est rare de trouver un restaurant de ce standing à Bruxelles . Le personnel est à l’écoute et très gentil . Les plats sont excellents. Le chef Matthias van eennoo est très attentif aux détails . Je reviendrais...pour le lunch son prix est attractif . Je recommande les yeux fermésPlus

Date de la visite : mai 2022
Utile ?
Avis publié : il y a 2 semaines

Le Brugmann etait sur notre liste de restaurant à essayer depuis longtemps. Nous avons ete tres surpris qu'en appelant à 19h il y ait encore de la place. L'endroit etait à moitie vide - une fois servis, nous avons mieux compris pourquoi et n'y retournerons...jamais! Si le cadre est superbe, le diner etait franchement mediocre, quel dommage, quelle deception.Plus

Date de la visite : mai 2022
Utile ?
Avis publié : il y a 3 semaines

Dès votre arrivée, c'est prise en charge assurée ! Le voiturier vous libère des aléas du parking et la charmante hôtesse vous ouvre les portes d'une majestueuse maison de maître où velours et parquets côtoient suspensions et œuvres d'art contemporaines ! C'est dans cet environnement...Arty décoré par l'architecte Annie Mesmin que vous passerez assurément un délicieux moment avec une vue sur l'impressionnante cuisine ouverte. L'occasion d'admirer la brigade qui s'active pour vous proposer la cuisine fine, créative et si joliment présentée du chef Matthias Van Eenoo. Depuis 2015, le Brugmann offre à ses hôtes une superbe terrasse où l'on peut y déjeuner et dîner par beau temps, un bar feutré à l'étage où il fait bon siroter un délicieux cocktail et de nombreuses salles toutes plus élégantes et originales les unes que les autres pour servir d'écrin à vos événements privés ou professionnels.Plus

Date de la visite : avril 2022
Utile ?
Avis publié : il y a 3 semaines par mobile

Très bel endroit - assiette classique sans surprise - personnel médiocre : commentaires fantaisistes d’assiettes, barman LAMENTABLE : erreurs, cheveux dans le verre ! Endroit à éviter pour le prix demandé

Date de la visite : avril 2022
Utile ?1  
Avis publié : il y a 4 semaines

Nous avons dîné dans ce restaurant élégant et bien décoré. Le service était convenable même si notre serveur semblait un peu "ailleurs" ou débutant. Toutefois, sa gentillesse compensait sans problème ces petites étourderies.. Les plats étaient extrêmement travaillés, assiettes parfaitement dressées et des saveurs excellentes,...parfois étonnantes. Je dirai toutefois, que nous avions réservé assez longtemps à l'avance, et quand nous sommes arrivés, il y avait un menu de Pâques unique... Certes, le menu était, comme je l'ai décrit, extrêmement bon, toutefois, il serait opportun de prévenir que la carte n'est pas applicable tel ou tel jour pour éviter toute mauvaise surprise.. Au final, très bonne soirée, dans un cadre raffiné et élégant. Une très bonne cuisine et une adresse à recommander sans hésitation.Plus

Date de la visite : avril 2022
Utile ?
Avis écrit le 15 avril 2022 par mobile

Repas raffiné dans un cadre reposant. Très bon menu Brugman et personnel aux petits soins. Je recommande le coté terrasse.

Date de la visite : avril 2022
Utile ?
Avis écrit le 12 avril 2022

Réservation prise, et confirmée la veille par téléphone ; nous arrivons en taxi, à l’heure dite , afin de célébrer un anniversaire. Pour l’occasion, nous sommes 4. La paire de voiturier nous accueille sur le trottoir, et il faut bien avouer que c‘est un égard...qui se perd à tort. Même en taxi. Nous traversons les sas et sommes conduits au desk, où après les salutations et vérifications d’usage, nous acceptons l’invitation à prendre l’apéritif à l’étage. Au bar, nous nous voyons offrir quelques gougères mi-chaude le temps de parcourir la carte, qui se trouve être un feuillet de papier maculé des apéritifs précédents. Soit. Un des cocktails signatures (« B-Bar ») est une déclinaison de notre cocktail favori, si bien que nous ne pouvons résister à cette tentation : ce sera donc 3 « Bourbon Sour B-Bar » & un « Bellini », pour commencer. La commande est passée, et le BarMan s’affaire derrière son comptoir. Celle-ci arrive rapidement, mais étonnement les saveurs additionnelles ne sont pas retrouvées, et d’autres sont décelées à la place. Mais peu importe, ça ne peut pas plaire à tout le monde ; nous rappelons le BarMan & recommandons une salve d’originaux cette fois. A cet instant, une hôtesse/serveuse d’en bas vient à notre table & nous invite à descendre. Nous l’informons qu’une seconde salve arrivera sous peu et, avec le sourire, notre descente est donc postposée. La fameuse arrive sans attendre, mais étonnement : le verre ne correspond pas au breuvage. Si, toutes fois, on admet qu’en mixologie, le contenant est assorti à son contenu. Et que, par conséquent, un Bourbon Sour ne se sert pas dans une coupe à Champagne. Soit. Ledit breuvage n’est pas encore descendu que l’hôtesse/serveuse de tout-à-l ’heure réitère promptement son invitation/demande à rejoindre notre table. C’est donc, debout et en quittant le Bar qu’un convive achève son verre. Soit. En chemin, nous prenons la juste mesure de la majestuosité des lieux. C’est une très belle bâtisse bruxelloise ; un hôtel de Maitre prestigieux où les hauteurs sous plafond répondent aux cartouches et boiseries d’époque. La décoration est un mélange de facilité et d’une surprenante audace ( mur caca d’oie, abat-jours violets, portraits canins faisant face à des croûtes monarchales dépourvues de cadres, moulures des cartouches peintes en or et le tout, siégeant autour d’un lustre des plus modernes. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Arrivés à destination, nous prenons place autour de la table & recevons les explications quant aux menus disponibles. A cet instant, je profite de l’occasion pour demander si nous pouvons encore commandé un cocktail le temps de nous décider. « Bien entendu ! Vous pouvez même manger aux cocktails si cela vous dit.. je vous appelle le BarMan… » nous dit-on. Parfait ! Un Bourbon Sour, un Amaretto Sour et un Old Fashioned sont aussitôt commandés, le temps pour nous d’opter pour 4 Menus Signatures avec, en guise de plat libre, 2 entrecôtes et 2 homards. Nous demandons la carte des vins, le Sommelier est appelé & le BarMan revient à nous. Il se souvient à cet instant de ma commande et s’excuse aussitôt : le Bourbon Sour est décliné façon B-Bar ( mais avec de la cannelle à la place du Basilic ?! ) et, ne correspondant pas à la commande, il me ramène l’original aussi vite que possible. Une erreur est vite arrivée, dirons-nous. À cet instant, mais après le départ dudit spécialiste, un convive remarque qu’un cheveu mi-long orne son blanc d’œuf et demande donc, de changer son verre. Le serveur se confond en excuses et commande un remplaçant. Dommage. Sur ce, les eaux arrivent et sont servies à la hâte, sans tenir compte des envies de chacun, ni même du périmètre du contenant. Là, encore, excuses et proposition de remplacement fusent : « je vous dois un verre d’eau pétillante » plaisante le serveur. Sur ce, le BarMan revient afin de réparer la tournée précédente : un cocktail non-identifié refusé aussitôt ( sensé être un Bourbon Sour, mais jaune et assorti d’une feuille de Basilic dans une coupe à Champagne ) et… un Basilic Splash ( à la place de l’Amaretto Sour ). Avant que nous puissions réagir, le Sommelier arrive et commence directement : « Bonsoir,..alors vous êtes donc sur euh….euh….4 Menus Découvertes ». Ah non, lui dis-je : 4 menus Signatures… « Oui, oui, oui, je sais..avec euh… euh 2 bœufs et 2 homards, c’est ça. Je vous conseille donc un Blanc ». Parfait, lui rétorquais-je.. nous pensions à un vin du Nouveau Monde. « Ah bon ! Mais pourquoi ? » me dit-il. A priori, car cela nous plait.. mais laissons nous surprendre… que nous proposez-vous ? lui dis-je. Sur ce, un Pouilly Fuissé Vieilles Vignes de 2021 est proposé ( sans pour autant tenir compte du budget initial, comme cela serait d’usage lors d’un conseil de Sommelier – mais bon : soit ) et accepté. Le Sommelier nous quitte, et le BarMan ( rappelé une fois de plus, afin de reprendre le non-identifié et le Gin jamais commandé ) revient. Apparemment, il est excédé car c’est avec un « Quoi Encoreee !? » qu’il réapparait. L’outrage est à ce point manifeste qu’un de ses collègues le rattrape et l’emmène aussitôt. Le serveur revient vers nous, se voit remballer le non-identifié et recommander l’Amaretto Sour souhaité il y a quasi 20 minutes. Entre-temps, une mise en bouche est proposée ( Saumon au concombre vinaigré et citron ), ainsi que la première entrée ( la Raviole au Tourteau ) dans la foulée. Le sommelier revient, désireux de nous faire goûter son breuvage. Je le coupe dans son élan et l’informe que ce sera avec plaisir, une fois les cocktails achevés ( et d’ailleurs : où traîne cet Amaretto Sour ??? ), et que c’est au Fêté du Jour que reviendra cet insigne honneur. Il acquiesce et disparait aussitôt. La second entrée arrive, accompagnée de l’apéritif (…). Un Amaretto Sour,… dans un verre à Sherry. C’est un détail, mais pas tant que ça : surtout après les déconvenues et irrégularités du jour. Le Bar mariné et le cocktail tant désiré posés à table, le même serveur – sans ménagement – se saisit de la bouteille de Vin et sert un convive sur 4. Peu importe ce qui avait été convenu 5 minutes plus tôt avec le sommelier. Passons, nous n’en sommes plus là. Les Langoustines et noix de St Jacques suivent. Ensuite, un Trou normand d’une simplicité abusive ( une boule de glace Orange baignant dans de l’Amaretto ) précède le plat. Au passage, le serveur s’invitera malgré nous dans notre conversation, ponctuant nos propos de son avis indésiré et excédentaire. Nous n’en demandions pas tant, mais soit. Entre-temps, nous commandons une seconde bouteille de Vin et les plats, sapides à souhait, nous sont servis. Les différents mets sont raffinés, mais pour autant aucun ne sort réellement du lot. Les serveurs se perdent en explications ; qui soit, contredisent l’intitulé sur papier ( la betterave devient de la patate douce « améliorée », le persil devient de la coriandre,…), soit définissent un mot par lui-même (« du wakamé, c’est du wakamé »). Mais, ici encore : soit. Durant cela, à la table voisine, un verre plein chute et son contenu se déverse sur le parquet à bâtons rompus. Après une attente inexpliquée, le client se lèvera et, avec sa serviette blanche, épongera le sol de lui-même. Spectacle aussi triste qu’étonnant en ces lieux. Soit ? … Notre table est débarrassée, et une paire de cuillères mise en place augure les desserts annoncés dans le Menu. Avant que le préDessert n’arrive, un étrange spectacle se déroule subrepticement : le même serveur revient, et reprend une des 2 cuillères. Geste anodin, mais loin d’être inaperçu. Soit. Laissant venir, je profite de l’occasion pour demander - subtilement j’avoue – où en est-on avec les eaux. A cette allusion (aux verres vides), je reçois comme simple réponse : « Bien ! ». Qu’il en soit ainsi,… nous nous resservirons nous-même. La Douceur du Brugmann est amenée à table, accompagnée de la question fatidique : « souhaitez-vous un café, un thé ? ». A cela, je m’étonne et répond qu’il manque un prédessert, que le Menu Signature comporte 9 assiettes. Là, entre embêtement et agacement, le serveur nous répond : « oui, je sais…mais le Chef est déjà rentré et euh,… on lui fera la remarque demain mais euh, il a dû partir et euh, voilà… ». Je lui répond que nous sommes encore là pourtant. Nos visages en disent long, il reste pantois et quitte la salle. Le temps pour nous de déguster Les Douceurs, que le même serveur revient avec 4 assiettes bricolées ( car inexistantes il y a 5 minutes ) qui se composent d’une quenelle de mousse de mangue, d’une boule de glace Vanille et d’un éclat de chocolat surplombant de la chantilly. Un peu sommaire et simpliste, mais au moins, ça a le mérite d’exister. Bien que, pas à la hauteur du tout. Avec cela, le serveur réitère sa demande de boissons chaudes. Nous les commandons sans tarder, et demandons l’addition. Celle-ci se révèlera très onéreuse pour la soirée vécue, compte tenu des déconvenues et concessions éprouvées tout au long de celle-ci. La cuisine, à elle seule, ne suffit pas pour compenser tant de bévues, pour justifier un tel montant déboursé. Car, au final, ce n’est pas le total mais le rapport qualité/prix qui est le vrai problème. En conclusion, il convient de rappeler que sous l’adjectif gastronomique se cache l’ensemble des règles faisant Bon Accueil ( ou Bonne Chère ), et sublimant une cuisine de bon goût. Force est de constater qu’au Brugmann, les efforts ne dépassent pas la porte de la cuisine et que, de toute évidence, l’habit ne fait pas le moine. Le Service est déplorable ; oscille entre condescendance et suffisance ; le Bar bafoue les traditions, le respect élémentaire de la mixologie ; mais surtout, qu’en quittant cet endroit, un désagréable goût de non-professionnalisme ternit le rendez-vous Gastronomique prévu. En tous cas nous concernant, au Brugmann : …c’était la dernière fois.Plus

Date de la visite : avril 2022
Utile ?7  
Avis écrit le 7 avril 2022

On pourrait aller à l'essentiel, et dire que ce restaurant est confortable. Ou dire un peu plus. Qu'il propose une cuisine bourgeoise classique, dans un cadre magnifique, à des prix assez costauds tout de même, surtout dans la carte des vins (Le "L de La...Louvière" à 65 euros, c'est du fois quatre). La beauté du cadre pardonne bien des choses (ou les explique?), et l'on voit aux autres tables des âmes bien nées, des particuliers à particules, et des apparats somptueux. Des habitués claquent la bise aux serveurs (le code jaune semble bien oublié). On ne devrait pas l'oublier, un restaurant, c'est aussi ce qu'il y a dans l'assiette. Parmi les menus, on choisit le "Notre terroir a du goût", ce qui est un concept amusant, mais qui est facturé tout de même 85 euros. L'inflation galopante doit avoir joué. Mais d'abord, un cocktail, "old fashioned", réconfortant, réchauffant, et plein d'autres mots en -ant. Deux ou trois amuse-bouche plus tard, les choses sérieuses commencent. D'abord, des asperges, mimosa (on sent l'influence flamande) et mousseline "truffée". Pour quelqu'un comme moi qui n'est pas un thuriféraire du roi des champignons, c'est parfait, je le sens à peine. Plaisante assiette. Le bar ensuite, avec un gel de raifort (consensuellement attendri) et un coulis de wakamé. Gentille assiette. Quenelle de brochet en troisième acte, avec une petite touffe de caviar, cresson et armoricaine. On reste dans l'envie de plaire à tous. Avec le plat - du filet de veau en cuisson lente, "façon parmigiana" pour nous, mais aussi un rouget ailleurs - on prend un Pernand-Vergelesse, facturé de manière beaucoup plus sage. Et l'on reste dans ce confort opulent qui est finalement la marque de fabrique ici. Les desserts seront du même acabit. La note nous arrive, costaude, je l'ai dit: presque 150 euros par personne, mais on s'est un peu laissé aller. Les "partis pris" du cuisinier, les stridences et les à-coup, c'est ailleurs.Plus

Date de la visite : avril 2022
Utile ?
Voir plus d'avis
Le meilleur dans les environs
Meilleurs hôtels prochesTout afficher
Hotel Catalonia Brussels
740 avis
À 0,12 km
Jam Hotel Brussels
623 avis
À 0,83 km
Hotel Neufchatel
315 avis
À 0,84 km
Manos Premier
377 avis
À 0,95 km
Meilleurs restaurants prochesTout afficher
Artisauce
278 avis
À 0,33 km
Moro
95 avis
À 0,3 km
Philema
210 avis
À 0,36 km
Tea for Two
17 avis
À 0,35 km
Meilleures attractions prochesTout afficher
Place du Châtelain
106 avis
À 0,71 km
Fromageon
6 avis
À 0,71 km
Maison natale de Julio Cortazar
11 avis
À 0,36 km
O! Beauty Center
8 avis
À 0,48 km
Questions et réponses
Obtenez des réponses rapides du personnel et personnes ayant visité le BRUGMANN.
Remarque : votre question sera affichée publiquement sur la page des Questions et réponses.
Envoyer
Consignes de publication
C'est votre page ?
Vous possédez ou gérez cet établissement ? Prenez le contrôle de votre page pour répondre gratuitement aux avis, mettre à jour votre page et bien plus encore.
Prenez le contrôle de votre page gratuite
Questions fréquentes sur BRUGMANN

BRUGMANN est noté dans les catégories suivantes par les voyageurs Tripadvisor :
  • Cuisine : 4
  • Service : 4
  • Rapport qualité-prix : 3.5